L’année 2020 approche et avec elle la nouvelle réglementation thermique. Après celle adoptée en 2012 pour optimiser le traitement énergétique dans le secteur du bâtiment, une nouvelle étape va être franchie. Outiz vous propose de tout comprendre à cette nouvelle norme.

La transition vers les bâtiments « actifs »

Nous le savons, nous arrivons dans une période critique en terme de gestion des énergies. Le besoin va croissant et les ressources s’amenuisent. En Europe, le secteur du bâtiment est aujourd’hui responsable de 40 % des dépenses en énergie. En réponse à cela, la Réglementation Thermique 2012 (RT 2020) projetait de rendre les édifices de moins en moins « énergivores ». En 2020, il s’agit de rendre les bâtiments construits à partir de cette date actifs d’un point de vu énergétique. Ainsi, la maison active de 2020 devra produire plus d’énergie qu’elle n’en consommera. C’est ce que l’on appelle un BEPOS, littéralement « Bâtiment à Energie Positive ». La maison de 2020 produira donc sa propre énergie en quantité suffisante, mais devra en plus de cela produire un excédent qui pourra être relayé aux maisons du voisinage via un système de circuit de proximité ou même revendu au réseau d’énergie public. La RT 2020 vise également à mettre en avant l’utilisation d’énergies renouvelables, autant dans la construction des bâtiments que dans leur mode de fonctionnement au quotidien. Au vu de ces nombreux changements, la construction d’un BEPOS revient plus chère que celle d’un bâtiment aux normes BBC classiques. Cependant, la couverture autonome des dépenses en énergie et la revente de l’excèdent permettrait de rapidement effectuer le retour sur investissement, sans compter qu’un BEPOS offre une réelle plus-value au moment de la revente.

RT 2012 RT 2020
Types de bâtiment Construction BBC (consommation limitée à 50 kWh/m2) Construction BEPOS (qui génère plus d’énergie qu’elle n’en consomme)
But principal Diminution de la consommation des équipements Suppression du gaspillage énergétique
Pour quels usages ?
  • Refroidissement
  • Chauffage
  • Production d’eau chaude sanitaire
  • Éclairage
  • Auxiliaires
  • Les mêmes que RT 2012
  • Appareils ménagers
  • Appareils électroménagers
  • Effets du carbone de la construction
Moyens logistiques pour atteindre ce but Isolation thermique des bâtiments
  • Isolation thermique des bâtiments
  • Production d’énergie
  • Empreinte environnementale

Les moyens concrets de la transition

Pour arriver à concrétiser ce projet de BEPOS, des équipements spécifiques sont prévus. Tout d’abord, les matériaux de construction mis en avant seront le bois et la brique de terre cuite ou crue. Pour l’isolation, on pense à la laine de mouton, la fibre de bois, le chanvre, le feutre, la ouate de cellulose ou encore le liège. Ces différents matériaux ont été choisis pour éviter tout gaspillage thermique et canaliser l’énergie. Ensuite, concernant l’énergie renouvelable, la RT 2020 prévoit des installations spéciales qui seront présentes dans chaque BEPOS.

  • Le poêle à bois pour le chauffage sera remis en avant, ainsi que les panneaux solaires thermiques qui, contrairement aux panneaux photovoltaïques, ne produisent pas d’électricité mais se chargent de chauffer votre eau grâce à l’énergie solaire.
  • Autre équipement prévu, le puits canadien. Adapté de technologies anciennes permettant de récupérer la chaleur de la terre, la géothermie moderne l’a adapté en ce que l’on appelle un échangeur air-sol. Le système est constitué d’un tuyau enterré qui chauffe ou refroidit l’air passant en fonction des conditions climatiques pour le redistribuer à la demande dans la maison. Ce système permet de profiter d’une source de chaleur ou de refroidissement gratuite.

Tous ces dispositifs mettent en avant les énergies renouvelables. Les BEPOS devront donc être construits avec une orientation particulière pour profiter au maximum de l’exposition aux UV et à l’ensoleillement général. Tous ces aménagements sont faits pour transformer les maisons en centrales énergétiques autonomes et indépendantes, à la fois confortables et actives dans la dynamique environnementale.

L’importance des pare-vapeurs

Le pare-vapeur est un élément qui va prendre toute son importance dans les projets de la RT 2020. Pour rappel, il s’agit d’une feuille unie, souvent constituée d’aluminium ou de feutre bitumée. Cette feuille s’inclut dans les parois externes de la maison, entre les différentes couches de matériau, orientée vers l’intérieur de la maison. Le rôle du pare-vapeur dans l’isolation est très important, et ce à plusieurs titres. Les habitants d’une maison dégagent, par leurs activités et le fonctionnement de leur organisme, de la vapeur d’eau. Celle-ci, si elle reste concentrée dans les murs de la maison, peut avoir un important impact sur la dépense thermique, puisqu’elle agira comme un fluide caloporteur qui retardera l’obtention de la température voulue. Ainsi, le pare-vapeur concentre les émanations d’humidité et les laisse ensuite s’évacuer à l’extérieur du bâtiment sans les retenir à l’intérieur. On réduit ainsi les dépenses énergétiques. D’autre part, et toujours dans cette optique de freiner les déperditions, le pare-vapeur permet une étanchéité à l’air globale qui protège les matériaux isolants. De la même manière qu’avec l’humidité, l’effet négatif de l’air sur la température intérieure est neutralisé, et l’énergie sauvegardée. Pour toutes ces raisons, le pare-vapeur est appelé à prendre une fonction capitale dans le RT 2020.

Vous voulez apprendre à installer un pare-vapeur comme un pro ? C’est ici !

Nous espérons que vous comprenez mieux les enjeux, projets et moyens techniques que compte mettre en place la RT 2020 pour effectuer la transition vers les bâtiments énergétiquement actifs. Cette nouvelle norme risque de changer beaucoup de choses dans le milieu du bâtiment et de la construction, et promet une vraie transition dans notre société et notre économie.