Une chaudière à bois est un système de chauffage économique et écologique. A bûches, à granulés ou mixtes, différents modèles existent sur le marché avec des performances différentes. Outiz vous livre les avantages et les inconvénients de ces technologies afin de répondre au mieux à vos besoins d’eau chaude sanitaire.

Principe de fonctionnement d’une chaudière à bois

Une chaudière à bois est un chauffage central qui vous permet de chauffer l’eau avant de la diffuser dans vos radiateurs à eau chaude ou dans un plancher chauffant. Avec ce type de chaudière, le combustible est brûlé afin de produire de la chaleur.

Les avantages d’une telle technologie ? Le bois est une énergie renouvelable, peu polluante en plus d’être performante et agréable pour chauffer un logement. Une chaudière à bois apparaît donc comme une solution économique, écologique et efficace !

Comparatif des différents types de chaudière à bois

  Avantages Inconvénients
Chaudière à bûches Peu volumineuse et simple d’utilisation Chargement quotidien ; faible autonomie ; rendement plus faible ; entretien régulier ; poids et volume des bûches et nécessite un espace pour stocker le combustible
Chaudière à granulés Granulés petits et compacts ; simple d’utilisation ; autonomie de toute la saison avec l’ajout d’un silo ; minimum d’entretien ; bon rendement thermique et régulation performante Prix élevé de la chaudière ; entretien annuel (maintenance) et installation volumineuse (silo) dans un endroit sans humidité
Chaudières bois à basse température Chaleur douce et moins chère à l’achat que la chaudière à condensation Rendement plus faible ; moins économique ; besoin d’un conduit de cheminée tubé et moins économique qu’une chaudière bois à condensation
Chaudière bois à condensation Très bon rendement ; pas de conduit de cheminée tubé et économique Plus chère à l’achat

Chaudière bois à bûches

C’est un modèle peu volumineux, simple d’utilisation et adapté pour le chauffage d’une maison individuelle. Cet appareil est composé d’une zone de remplissage où l’on introduit les bûches de bois, d’une chambre de combustion – ou foyer – et d’un échangeur thermique qui va venir chauffer l’eau.

Elle peut être :

  • à tirage naturel (combustion montante, horizontale ou inversée). L’air s’engouffre dans le foyer de manière naturelle ;
  • à tirage forcé, c’est-à-dire qu’un ventilateur introduit l’air de combustion. On l’appelle chaudière turbo car elle offre un meilleur rendement.

Les chaudières à bûches peuvent fonctionner avec des bûches de bois traditionnelles ou reconstituées. Les bûches doivent être chargées manuellement et quotidiennement. La capacité de chargement représente donc l’autonomie de la chaudière. Ainsi, et en toute logique, plus vous pouvez la remplir, moins vous aurez à la recharger. Si vous disposez de suffisamment de place, privilégiez un modèle offrant une grande capacité de chargement.

Mais sachez qu’avec un modèle à bûches, même volumineux, vous serez obligé de le recharger pratiquement tous les jours… Le rendement thermique est ainsi correct : comptez entre 60 et 70 % car une telle chaudière ne dispose que de quelques heures d’autonomie.

De plus, vous devez l’entretenir régulièrement.

Enfin, vous devez disposer d’un emplacement suffisant pour stocker le combustible.

Dans tous les cas, préférez un appareil de petite puissance afin de de le faire fonctionner à plein régime. Si votre chaudière à bûches tourne au ralenti, elle risque de s’encrasser plus rapidement.

Chaudière à granulés de bois ou à pellets

Avec ce type de chaudière, les granulés de bois ou pellets sont stockés dans le silo qui approvisionne un réservoir tampon. Ils sont alors acheminés jusqu’au brûleur. L’énergie générée par la combustion des granulés est ensuite transmise via un échangeur de chaleur à l’eau alimentant le circuit de chauffage. Les granulés sont petits et compacts, ils sont donc adaptés à une utilisation urbaine et aux petites surfaces des appartements.

C’est un modèle simple d’utilisation et autonome. Il peut chauffer durant quelques mois, grâce à son silo de stockage capable de contenir suffisamment de granulés : pratique pour la saison de chauffage ! Cette chaudière automatique nécessite donc un minimum d’entretien et bénéficie d’un très bon rendement thermique. Autre avantage, les granulés sont renouvelables et neutres en émission de CO2.

Cependant le prix d’achat et son fonctionnement sont plus élevés qu’une chaudière à bûches. Par ailleurs, l’installation d’un silo de stockage demande de la place et une absence totale d’humidité. Enfin, la combustion des cendres peut encrasser la chaudière.

Vous pouvez aussi opter pour des plaques de bois. Ces dernières sont produites en broyant le bois. Vous devez absolument les stocker à l’abri de l’humidité. L’alimentation est aussi automatique dans un silo spécial. Comme les granulés de bois, la chaudière est autonome (dans la limite du bois stocké). On estime que son rendement est compris entre 70 et 85 %.

N’oubliez pas qu’il vaut mieux vous servir de votre chaudière à granulés continuellement plutôt que l’éteindre et la rallumer constamment.

Chaudière à bois mixte

Une chaudière mixte, comme son nom le suggère si bien, fonctionne grâce à différents types de combustibles. Cela peut-être du bois et du fioul, du bois et des granulés ou encore du bois et des pellets. L’efficacité est un peu moins importante que les deux précédentes technologies et son prix d’achat est également plus élevé.

Chaudière à bois basse température

Une chaudière à bois basse température chauffe l’eau à 40°. Elle a besoin d’un conduit de cheminée tubé pour évacuer les fumées. Même si elle bénéficie d’un bon rendement thermique et qu’elle est moins chère à l’achat, elle reste moins économique qu’une chaudière à bois à condensation. En revanche, son rendement est bien meilleur qu’une chaudière classique.

Chaudière à bois à condensation

Une chaudière à bois à condensation, également appelée chaudière étanche ou chaudière fermée, n’a pas besoin d’un conduit de cheminée tubé car il possède un circuit permettant de l’alimenter en air et une ventouse chargée d’évacuer les fumées. Elle récupère la chaleur produite par les fumées en condensant les vapeurs d’eau. Elle vous permet de faire des économies de plus de 20 % par rapport à une chaudière classique. Cette solution offre donc un haut rendement !

Prix des chaudières à bois

Côté prix, comptez de 2 000 à 6 000 euros pour une chaudière à bûches et de 10 000 à 20 000 euros pour une chaudière à granulés ou à pellets.

Aides financières

Grâce à une chaudière à bois et une installation de qualité, vous pourrez faire jusqu’à 50 % d’économie sur votre facture énergétique et bénéficier d’une aide pour vos travaux.

En effet, le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) est un dispositif mis en place par le gouvernement avec le concours de l’ADEME pour favoriser les systèmes de chauffage à hautes performances énergétiques. Cette aide fiscale vous permet de baisser le prix de votre chaudière de 30 % (avec un maximum de 8 000 euros pour une personne seule et 16 000 pour un couple). Attention, certaines conditions sont à respecter :

  • l’appareil de chauffage doit être label « Flamme Verte» ;
  • l’installation, réalisée par un professionnel Reconnu Garant pour l’environnement (RGE) ;
  • l’habitation, être la résidence principale du demander ;
  • le demandeur doit être le propriétaire, le locataire ou l’occupant à titre gratuit.

Il existe d’autres aides comme :

  • l’éco-prêt à taux zéro qui est cumulable avec le CITE ;
  • la Prime Energie.

Vous connaissez désormais les avantages et les inconvénients de chacune des chaudières à bois existantes sur le marché. A vous de faire votre choix selon votre budget, la disposition de votre logement, vos besoins et, bien évidemment, vos envies.

Pour aller plus loin :