Qui dit travaux de plomberie, dit raccordement de vos tubes en cuivre. Pour cela, de nombreuses techniques sont à votre disposition : du brasage au raccord à sertir en passant par le raccord à visser. Petit tour d’horizon de ces différentes solutions avec Outiz, votre spécialiste du bricolage !    

Quels types de raccords choisir ?

Réseau de gaz ou d’eau, raccorder des tubes en cuivre entre eux demande un bon niveau de technicité. L’objectif est évident : obtenir un raccord parfaitement étanche et durable, qui empêchera les fuites.

La technique la plus utilisée par les professionnels reste le brasage. Mais outre une bonne connaissance du procédé, ladite technique requiert un matériel que le bricoleur, même expérimenté, ne possède pas toujours. Qu’à cela ne tienne, les industriels du secteur ont développé un ensemble de solutions qui permettent de réaliser des raccords parfaits sans brasage.

Au programme : raccords à sertir, à visser et instantanés (également appelés automatiques).

 

Avant de poursuivre votre lecture, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil à notre sélection de tubes en cuivre de qualité.

 Qu’est-ce que la technique du brasage ?

Le brasage consiste à assembler définitivement des tubes métalliques : ici, du cuivre à l’aide d’un métal de nature différente à l’état liquide et dont la température de fusion est inférieure à celle des pièces à assembler. Il ne s’agit pas à proprement parler de soudure, laquelle utilise un métal de même nature que celui des pièces à assembler.

Il existe donc deux types de brasage : le brasage dit « tendre » à une température de fusion inférieure à 450 °C, et le brasage dit « fort » à une température de fusion supérieure à 450°C.

Avantages : des raccords parfaitement stables et durables. Inconvénients : ces deux solutions demandent une bonne connaissance des techniques de brasage (formation spécifique indispensable), un investissement en matériel et une bonne connaissance du type de flux décapant à utiliser en fonction des types de métaux, notamment dans le cas de raccord en laiton.

  • Brasage tendre. Parfois appelé « brasage à l’étain », le procédé consiste à raccorder les tubes en cuivre à l’aide d’un fil – en général de l’étain/argent ou de l’étain/cuivre, chauffé à l’aide d’un chalumeau (point de fusion 230/240°C). Ces brasures ne conviennent pas pour les canalisations de gaz.
    Outillage recommandé : chalumeau au propane, fil d’étain, flux décapant, tampon abrasif, chiffon propre et pare-flamme.
  • Brasage fortComme le brasage tendre, le brasage fort consiste à raccorder les tubes à l’aide d’un métal en fusion, initialement sous forme de baguette. Les plus couramment utilisés pour le raccord cuivre-cuivre sont les brasures cupro/phosphore (point de fusion 730°C) ou cuivre/argent de 6 à 45 % (point de fusion <700°C).
    Outillage recommandé : poste à souder, baquettes de métal d’apport, flux décapant, tampon abrasif, chiffon propre et pare-flamme.

Afin de réaliser votre brasage comme un professionnel, découvrez notre sélection de chalumeaux, postes à souder, étains à souder et de décapants pour soudure.

Les solutions alternatives à la soudure

Assemblez sans flamme avec les raccords à sertir

D’une mise en œuvre plus sûre, le sertissage, est un système d’assemblage à froid par déformation de la matière à l’aide d’une sertisseuse.

Avantages : ils permettent la réalisation rapide et sans flamme d’assemblages indémontables, sans risque de fuites et non corrodables. Ils sont utilisés depuis de nombreuses années pour la distribution d’eau et pour les installations gaz. Leur mise en place demande une bonne connaissance des systèmes. Il est nécessaire de se procurer une pince à sertir compatible avec les raccords choisis et avec un jeu de mâchoires répondant au profil de sertissage et aux différents diamètres de tube. Les raccords à sertir bénéficient d’un avis technique du CSTB et sont disponibles dans de nombreuses formes et tailles – la plage des diamètres disponibles est en générale comprise entre 12 et 108 mm.

Pour vous aider à monter vos raccords à sertir, nous vous proposons différents modèles de pinces à sertir et sertisseuses.

Reliez sans difficultés avec les raccords à visser

Les raccords à visser autorisent un raccordement facile. Rarement utilisés pour réaliser l’ensemble d’une installation, ils viennent plutôt en complément. En effet, ces raccords pouvant être démontés, ils ne sont pas encastrables.

Avantage : aucun outillage spécifique n’est nécessaire (hormis de la filasse ou du téflon pour assurer l’étanchéité). Il en existe de deux sortes, bicône ou américain, qui se différencient par leur mode d’étanchéité. Quels qu’ils soient, il est obligatoire de garder les installations apparentes en cas de détérioration du joint et ces raccords ne sont pas utilisables pour les installations gaz et avec des cuivres recuits.

  • Bicône. Raccords avec un système d’étanchéité assuré par une pièce (olive) en laiton déformable qui s’écrase lors de la mise en œuvre et assure ainsi l’étanchéité. De nombreux modèles sont disponibles : manchon avec ou sans réduction, coudes, tés…
  • Américain. Raccords avec un système d’étanchéité réalisé à l’aide d’un joint plat en caoutchouc et d’une rondelle dentelée en métal.

Clippez vos tubes en cuivre avec les raccords instantanés

Démontables pour certains d’entre eux, les raccords instantanés ou automatiques peuvent s’utiliser de façon définitive ou temporaire sur des installations cuivre ou PER (pour les tubes PER, il est nécessaire d’introduire un insert dédié à l’intérieur du tube). Il est aussi possible de les utiliser pour relier un tube cuivre et un tube PER. Aucun outillage n’est indispensable, c’est le raccord le plus simple à installer puisqu’il suffit de « clipper » le raccord sur le tube.

Astuce pour raccorder un tube en cuivre avec un autre matériau

Nous venons de voir comment relier des tubes en cuivre entre eux mais, comment faire si l’on souhaite assembler un tube en cuivre avec un tube en PER ou multicouche ? Les transitions entre deux matériaux au sein d’un même réseau peuvent être réalisées avec un assemblage à visser – par exemple, un raccord cuivre mâle avec un raccord femelle en PER. La connexion au tube se fait alors par sertissage, compression ou brasure suivant le type de raccord utilisé. On peut également utiliser des raccords dits « passerelles » qui permettent de connecter par sertissage des matériaux différents : cuivre vers PER, multicouche vers cuivre.

Vous connaissez désormais toutes les solutions techniques pour raccorder vos tubes en cuivre comme un professionnel ! Pour parfaire vos connaissances sur le travail du cuivre et réaliser vos travaux de plomberie facilement, sachez que nous avons également rédigé un article sur comment découper et cintrer des tubes en cuivre ainsi qu’un guide pour vous aider à bien choisir vos outils pour travailler le cuivre. Qu’attendez-vous pour le consulter ?

 

Partager l'article :
Share on Facebook7Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0